Mario Bachand the Activist

Mario Bachand the Activist
Mario Bachand leads demonstration 16 October 1968

Dans l’après-midi du 16 octobre 1968, dix mille étudiants de l’Université McGill, du CEGEP Vieux-Montréal et de l’École des beaux-arts ont manifesté leur soutien aux étudiants en grève du CEGEP (Collège d’enseignement général et professionnel). Ils ont marché sous un ciel gris au cœur de Montréal, de McGill le long de la rue Sainte-Catherine jusqu’au boulevard Saint-Laurent, puis ont remonté le fleuve Saint-Laurent jusqu’à l’aréna de l’Université de Montréal. Ils sont dirigés par le CIS (Comité-indépendance socialisme), créé par Mario Bachand, que l’on peut voir directement derrière l’enseigne du CIS. Deux mètres derrière Bachand se trouve Paul Rose, portant un grand chapeau noir avec un ruban blanc et tenant une cigarette dans sa main droite. Deux ans plus tard, Paul Rose dirigera la cellule Chenier du FLQ, responsable de l’enlèvement et du meurtre du ministre du Travail et vice-premier ministre du Québec, Pierre Laporte.

Parmi les manifestants se trouvaient un grand nombre de personnes qui jouaient un rôle dans le spectre des activistes au Québec à l’époque. Des leaders étudiants. Étudiants du cégep. Des travailleurs en grève. On peut voir les travailleurs de la Lord Company, une entreprise sidérurgique en grève depuis plusieurs mois.

Elle s’est produite à un moment de violence et de désordre sans précédent dans le monde.

Il ne fait aucun doute que ce sont des scènes comme celle-ci qui ont suscité l’inquiétude de la GRC, et des autorités canadiennes et québécoises en général, à l’égard de Mario Bachand. Il a pu former des mouvements radicaux, comme la CEI, et les faire descendre dans la rue. À l’extrême, comme le montre la présence de Paul Rose, ces événements se sont confondus avec la violence terroriste. Dans l’après-midi du 16 octobre 1968, dix mille étudiants de l’Université McGill, du CEGEP Vieux-Montréal et de l’École des beaux-arts ont manifesté leur soutien aux étudiants grévistes du CEGEP (Collège d’enseignement général et professionnel). Ils ont marché sous un ciel gris au cœur de Montréal, de McGill le long de la rue Sainte-Catherine jusqu’au boulevard Saint-Laurent, puis ont remonté le fleuve Saint-Laurent jusqu’à l’aréna de l’Université de Montréal. Ils sont dirigés par le CIS (Comité-indépendance socialisme), créé par Mario Bachand, que l’on peut voir directement derrière l’enseigne du CIS. Deux mètres derrière Bachand se trouve Paul Rose, portant un grand chapeau noir avec un ruban blanc, et tenant une cigarette dans sa main droite. Deux ans plus tard, Paul Rose dirigera la cellule Chenier du FLQ, responsable de l’enlèvement et du meurtre du ministre du Travail et vice-premier ministre du Québec, Pierre Laporte.

Parmi les manifestants se trouvaient un grand nombre de personnes qui jouaient un rôle dans le spectre des activistes au Québec à l’époque. Des leaders étudiants. Étudiants du cégep. Des travailleurs en grève. On peut voir les travailleurs de la Lord Company, une entreprise sidérurgique en grève depuis plusieurs mois.

Elle s’est produite à un moment de violence et de désordre sans précédent dans le monde.

Il ne fait aucun doute que ce sont des scènes comme celle-ci qui ont suscité l’inquiétude de la GRC, et des autorités canadiennes et québécoises en général, à l’égard de Mario Bachand. Il a pu former des mouvements radicaux, comme la CEI, et les faire descendre dans la rue. À l’extrême, comme le montre la présence de Paul Rose, ces événements ont fusionné avec la violence terroriste.


Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.