A Special Message from Norway

Communications Security Establishment

L’immeuble Sir Leonard Tilley à Ottawa, Canada. Le CST, Centre de la sécurité des télécommunications, est le plus secret des services spéciaux du Canada. Secret pour une très bonne raison. Il s’agit d’un nœud central du renseignement secret canadien, un nœud du réseau mondial de signaux et de communications Five Eyes, qui comprend les agences de renseignement des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Australie, de la Nouvelle-Zélande et du Canada. Plusieurs autres pays entretiennent d’importantes relations de partage. Ce qui fait de la sécurité une capitale, une importance vitale, ce n’est pas seulement la protection de ses propres actifs, car un système ciblé disparaîtrait immédiatement, mais aussi parce que, si la pénétration était connue de l’opposition, inconnue du CST, l’adversaire pourrait utiliser le système comme canal de désinformation. Un système dont la pénétration a nécessité de grosses sommes, et beaucoup d’efforts. Ce qui est plus important, bien que rarement discuté, c’est que l’analyse et l’interprétation du renseignement nécessitent l’accès à de nombreux renseignements associés, secondaires et contextuels. Métadonnées. Le contenu d’une conversation ou d’un message intercepté est souvent moins important que le Qui a appelé qui, Quand, Où et bien d’autres choses encore. Dans tous les cas, les adversaires les plus forts utilisent des systèmes cryptographiques pratiquement impénétrables. L’analyse du trafic, l’analyse approfondie des métadonnées et l’analyse contextuelle seront souvent tout ce dont vous disposerez.

A Special Message from Norway
CSE Sir Leonard Tilley Building

La Norvège, un allié important

La Norvège est un membre important de l’OTAN, particulièrement pendant la guerre froide. Elle partage une frontière de 200 km avec la Russie, et la province la plus septentrionale du Finnmark borde la péninsule de Kola, où se trouve une importante et stratégique présence militaire russe. La Norvège surveille le flanc nord de l’OTAN, en particulier le passage que les navires russes, y compris les sous-marins, de leur flotte du Nord doivent emprunter pour entrer dans le haut Atlantique.

CSE’s P Group

Par conséquent, le Groupe P du Centre de la sécurité des télécommunications du Canada (CST) se consacre aux activités militaires soviétiques dans la péninsule de Kola et le long de la frontière commune. En 1970, le Groupe P était “entièrement militaire”, avec trois sections. P1 se concentre sur la défense aérienne soviétique. P2 sur les avions de chasse. P3 sur les bombardiers soviétiques. On travaillait également sur les essais de missiles soviétiques, avec une zone fermée par un rideau dans la grande salle du Groupe P où les trajectoires des essais de missiles étaient projetées sur un écran et analysées.

Le trafic, bien sûr, était en russe, et tout ou presque était crypté. Tout était envoyé directement à l’Agence nationale de sécurité américaine, la NSA. Étant donné que le Groupe P comptait environ 40 agents de renseignement, au quatrième étage d’une aile du CST, il est probable que l’essentiel de l’activité consistait à trier, à analyser le trafic et les métadonnées du trafic militaire russe afin d’aider la NSA et le GCHQ britannique à procéder à un éventuel décryptage et à intégrer tout “produit” dans les bases de données existantes.

Beaucoup d’activités norvégiennes

Cependant, en 1970, le groupe P a également eu “beaucoup d’activité” en norvégien. C’est-à-dire qu’il s’occupait des communications norvégiennes interceptées. Y compris, peut-être principalement, celles de la police d’État (secrète) de Norvège. On peut supposer, étant donné que le Canada et la Norvège sont de proches alliés au sein de l’OTAN, que cette activité a été réalisée au vu et au su de la Norvège. Elle a été confiée à Ole Farevaag, de la section P2 du groupe P du CST, probablement parce qu’il était le seul analyste du renseignement du CST à connaître le norvégien et à posséder les connaissances et l’expérience en matière de renseignement nécessaires pour y voir clair. Cela signifiait probablement que les communications “clandestines” ou des services de renseignement étrangers, qui relevaient normalement de la responsabilité d’une section du groupe O du CST, si elles étaient en langue norvégienne ou concernaient la Norvège, étaient envoyées à Farevaag pour analyse et rapport. D’autant que Farevaag avait travaillé en étroite collaboration avec le groupe O, et plusieurs de ses membres, depuis qu’ils avaient rejoint l’organisation qui avait précédé le CST, le Centre de sécurité des communications, en 1946.

Étant donné qu’il y avait “beaucoup d’activité norvégienne” en 1970, selon les termes d’une personne interrogée, il était un homme très occupé.

L’arrière-plan d’Ole Farevaag

À l’âge de 19 ans, il a quitté une Norvège alors pauvre, sans avenir évident, pour rejoindre la marine marchande en tant qu’opérateur radio. Traverser les océans en communiquant par des systèmes radio peu fiables et capricieux, dans plusieurs langues, à une époque où une tempête peut survenir à tout moment et rendre impossible la communication de navire à navire ou de navire à terre. Puis il a travaillé à Bletchley Park. Ce que Farevaag faisait précisément à Bletchley est inconnu de cet auteur. Cependant, compte tenu de ses compétences et de ses connaissances en norvégien, en tout ce qui est maritime ou naval, et en communication sans fil, il a appris l’allemand et a probablement été affecté à l’étude du trafic allemand en Norvège. Il pourrait bien avoir lu des messages allemands concernant l’usine Norsk Hydro, près de Rjukan dans la région de Telemark en Norvège, où les Allemands produisaient de l’eau lourde pour ses expériences nucléaires. Maintenir la veille sur le grand et puissant cuirassé allemand Turpitz, qui représentait une menace permanente pour l’Atlantique et les convois de Mourmansc. Aide à maintenir la surveillance anxieuse, parfois frénétique, des communications radio avec les espions britanniques et norvégiens et les agents du Special Operation Executive (SOE) en Norvège.

A Special Message from Norway

Pour la Grande-Bretagne et ses alliés, qui ne connaissaient pas précisément le degré de réussite des Allemands dans leurs expériences nucléaires, ni la difficulté qu’ils auraient à développer une arme nucléaire, il s’agissait d’un problème existentiel. Ce qui a entraîné plusieurs tentatives de destruction de l’usine Norsk Hydro. Envoi d’agents de la SEO pour saboter l’usine, puis d’une équipe de parachutistes en planeur, bombardements depuis les airs. Après de lourdes pertes, ils ont finalement réussi. L’eau lourde produite a été détruite et l’usine a été tellement endommagée que les Allemands ont renoncé à la production en Norvège et l’ont transférée en Allemagne.

Ce qui a naturellement fait d’Ole Farevaag un auditeur très apprécié du service d’interception sans fil britannique à une époque où il était vital de découvrir ce que pensait l’armée allemande.

A Special Message from Norway
Norsk Hydroelectric plant near Rukan, Norway

Après la guerre, Farevaag a été envoyé par Bletchley au Canada, où il a rejoint en 1946 le tout nouveau Centre de recherche sur les communications en tant qu’assistant de recherche principal dans la section de production (renseignement).

Un message particulie

Un jour de l’année 1970. Au quatrième étage de l’aile A, Ole Farevaag, de la section P2, scrute les messages de l’imprimante de ligne du jour qui lui ont été attribués. La mission de P2 est le trafic de chasseurs soviétiques depuis la péninsule de Kola. Le groupe P est un groupe de “production”, ce qui signifie, pour le renseignement sur les communications, traduire et lire des textes, les corréler avec d’autres messages et consulter les renseignements connus sur des sujets connexes. Curieusement, alors que les cibles du groupe P étaient presque entièrement russes, en 1970, il y avait “beaucoup d’activité norvégienne”. Comme il était le seul au CST à maîtriser la langue norvégienne, les messages, sur un grand éventail de papier provenant d’une imprimante en ligne, lui parvenaient.

Y compris des messages interceptés par la police d’État, ou secrète, de Norvège.

Ce jour-là, en 1970, Farevaag avait devant lui un message d’un intérêt inhabituel. Il rapportait les observations d’une équipe de surveillance de la police d’État norvégienne qui observait une voiture arrêtée au bord d’un fjord. Deux hommes sont sortis de la voiture, ont ouvert le coffre et en ont sorti deux corps. Ils ont porté les corps jusqu’au bord du fjord et les ont jetés dedans. Le message ne permet pas d’identifier les corps. En revanche, il identifiait les hommes qui les avaient envoyés à leur ultime destin comme des agents du Mossad.

Ce qui nous indique que les autorités norvégiennes étaient pleinement conscientes de ce que le Mossad faisait en Norvège à l’époque, et, probablement par un accord formel, l’ont pleinement approuvé.

Deux mystères

C’est ainsi que commence une histoire probablement liée à deux mystères. Le premier est celui de la mort de la femme qui a été brûlée à mort sur le flanc d’une montagne de la vallée d’Isdal, près de Bergen. Une femme dont le nom est encore inconnu, mais qui est devenue connue sous le nom de la Femme d’Isdal, mais qui, d’après les preuves, qui comprennent des enregistrements de ses voyages, pendant plusieurs mois, dans plusieurs villes européennes, en particulier en Norvège, était de toute évidence un agent de renseignement. Jusqu’à ce qu’elle soit assassinée de la manière la plus terrible qui soit. D’autre part, les activités de la DEFLQ, Délégation extérieure du FLQ, ce groupe de “terroristes” qui, comme la femme d’Isdal, s’est rendu dans plusieurs villes et endroits d’Europe et du Moyen-Orient, plusieurs d’entre eux, en tant qu’agents de renseignement.

Un sujet que nous explorerons dans de prochains billets.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.