The RCMP knows everything

plusieurs mois après avoir commencé mon enquête sur le meurtre de Mario Bachand, je vivais à Vancouver, revenant à Ottawa de temps en temps pour soumettre des demandes, aux Archives nationales, en vertu de la loi sur l’accès à l’information, pour de nouveaux dossiers sur Mario Bachand et sur des sujets connexes. La plupart des dossiers provenaient de la Direction de la sécurité et du renseignement (SI) de la GRC, d’autres des Affaires extérieures, du Solliciteur général et du fond Pierre Trudeau. C’est le traitement des dossiers qui a pris le plus de temps, l’agent de l’AtIP devant envoyer chaque dossier au ministère responsable du dossier, le SCRS (Service canadien de sécurité et de renseignement), qui a hérité des responsabilités du S&I de la GRC, ou aux autres ministères responsables. Pendant les premiers mois de mes recherches, je n’avais à ma disposition que la littérature ouverte et tous les documents relatifs à mes recherches qui avaient été publiés précédemment dans le cadre de l’AtIP ; il y avait très peu de ces derniers, et rien qui se rapportait spécifiquement à Mario Bachand. J’ai commencé une chronologie informatisée qui serait la base de mes recherches, et des fichiers nominatifs sur des sujets connexes. [bogon]

À l’époque, aucun média, aucun historien, aucun universitaire ou autre “expert” en sécurité et en renseignement, aucun journaliste de la CBC ou du Globe and Mail, personne au Québec, bien que l’affaire Bachand ait certainement été une histoire québécoise d’une profonde importance, et, pendant 25 ans, un grand mystère canadien, personne au Québec, aucune de ces questions dignes d’intérêt n’était en ordre. Chaque fois que je posais une question sur le meurtre, on me répondait : “Mario Bachand n’était pas important”, “Bon, d’accord, et le responsable ?”, on me répondait par le silence.

Le journalisme d’investigation : un nouveau concept

Dans les archives publiques, je n’ai rien trouvé précisément sur Mario Bachand, à part des articles de journaux mentionnant sa mort à Paris, ainsi que des suggestions sur les responsables et les raisons de sa mort. Qui ? Des “terroristes”, disaient-ils ; Pourquoi ? “La personnalité difficile de Bachand”, disaient-ils. Des preuves de ces affirmations ? Apparemment non, car aucune n’a été donnée. Aucune que je n’ai trouvée convaincante.

Deux jeunes gens voyageraient-ils de Montréal à Paris pour se présenter, avec un pistolet de calibre 22, apparemment avec silencieux, dans un appartement de St-Ouen pour assassiner quelqu’un qu’ils ne connaissent pas, en fait quelqu’un qu’ils n’ont jamais rencontré, parce que cette victime avait une personnalité “difficile” ? Je ne le pensais pas.

En fait, je n’ai rien trouvé dans le dossier public qui puisse étayer les comptes rendus du Journal de Montréal, du Globe and Mail, de La Presse, du Figaro, de la CBC ou de tout autre média, et de leurs dignes journalistes. Il était clair qu’il n’y avait pas eu, comme en zéro, d’enquêtes ; les comptes rendus des médias étaient clairement basés sur une seule source officielle qui n’avait aucun rapport avec les faits sur le terrain. Pas un seul journaliste canadien à Paris, et il y en avait plusieurs, n’a pris le temps de monter à bord d’un métro de la ligne 13 en direction de Saint-Ouen – environ 20 minutes – pour poser quelques questions. De toute évidence, “La situation était claire”. Peut-être était-ce la peur.

“Tant pis pour le journalisme canadien”, me suis-je dit, pour qui le journalisme d’investigation semble avoir été un concept inconnu.

Intérêt pour le mystère de Mario Bachand

Mais quelqu’un était intéressé. De retour à Vancouver, sur un vol de Canadien Pacifique ou d’Air Canada, ma seule valise, avec mes documents de recherche, a été “perdue”, comme je l’ai découvert lorsqu’elle n’est pas apparue au carrousel des arrivées. Je me suis approché du bureau des bagages perdus et j’ai informé le commis que “ma valise n’est pas arrivée”, et j’ai montré mon billet. Sans passer un coup de fil, ce que j’ai trouvé étrange, il a accepté. “J’espère qu’elle n’est pas en route pour Singapour ou Jakarta”, ai-je demandé, rhétoriquement. “Non, l’avion est toujours là. Combien de temps ? “Jusqu’à demain”, a-t-il dit. “Combien de bagages du vol ont été perdus ? “Une seule pièce”, a-t-il dit, “la vôtre”. C’est donc le seul bagage “perdu”, d’un avion qui est toujours sur le tarmac, juste là, quand je fais un signe de la main. Il a eu un ton sympathique, ce qui a confirmé que le sac n’était pas exactement “perdu”, mais plutôt dans d’autres mains. Il m’a dit que je l’aurais bientôt. Il a été livré à mon domicile, à Vancouver West Point Grey, cet après-midi-là.

Je ne doute pas que c’était dans une pièce spéciale du bâtiment où, pendant que nous parlions, des personnes copiaient mes dossiers de recherche.

Gee whiz technology

Lors de mon prochain voyage à Ottawa, chez mes parents, j’ai appelé une amie sur son téléphone portable. Elle se trouvait à Bibliothèque et Archives Canada, *** Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite) ***

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.