The RCMP knows everything

plusieurs mois après avoir commencé mon enquête sur le meurtre de Mario Bachand, je vivais à Vancouver, revenant à Ottawa de temps en temps pour soumettre des demandes, aux Archives nationales, en vertu de la loi sur l’accès à l’information, pour de nouveaux dossiers sur Mario Bachand et sur des sujets connexes. La plupart des dossiers provenaient de la Direction de la sécurité et du renseignement (SI) de la GRC, d’autres des Affaires extérieures, du Solliciteur général et du fond Pierre Trudeau. C’est le traitement des dossiers qui a pris le plus de temps, l’agent de l’AtIP devant envoyer chaque dossier au ministère responsable du dossier, le SCRS (Service canadien de sécurité et de renseignement), qui a hérité des responsabilités du S&I de la GRC, ou aux autres ministères responsables. Pendant les premiers mois de mes recherches, je n’avais à ma disposition que la littérature ouverte et tous les documents relatifs à mes recherches qui avaient été publiés précédemment dans le cadre de l’AtIP ; il y avait très peu de ces derniers, et rien qui se rapportait spécifiquement à Mario Bachand. J’ai commencé une chronologie informatisée qui serait la base de mes recherches, et des fichiers nominatifs sur des sujets connexes.

À l’époque, aucun média, aucun historien, aucun universitaire ou autre “expert” en matière de sécurité et de renseignement, aucun journaliste de la CBC ou du Globe and Mail, personne au Québec, bien que l’affaire Bachand ait certainement été une histoire québécoise d’une grande importance, et, pendant 25 ans, un grand mystère canadien, personne au Québec,

aucune de ces questions dignes d’intérêt n’était en ordre. Chaque fois que je posais une question sur le meurtre, on me répondait : “Mario Bachand n’était pas important”, “Bon, d’accord, et le responsable ?”, on me répondait par le silence.

Le journalisme d’investigation : un nouveau concept

Dans les archives publiques, je n’ai rien trouvé précisément sur Mario Bachand, à part des articles de journaux mentionnant sa mort à Paris, ainsi que des suggestions sur les responsables et les raisons de sa mort. Qui ? Des “terroristes”, disaient-ils ; Pourquoi ? “La personnalité difficile de Bachand”, disaient-ils. Des preuves de ces affirmations ? Apparemment non, car aucune n’a été donnée. Aucune que je n’ai trouvée convaincante.

Deux jeunes gens voyageraient-ils de Montréal à Paris pour se présenter, avec un pistolet de calibre 22, apparemment avec silencieux, dans un appartement de St-Ouen pour assassiner quelqu’un qu’ils ne connaissent pas, en fait quelqu’un qu’ils n’ont jamais rencontré, parce que cette victime avait une personnalité “difficile” ? Je ne le pensais pas.

En fait, je n’ai rien trouvé dans le dossier public qui puisse étayer les comptes rendus du Journal de Montréal, du Globe and Mail, de La Presse, du Figaro, de la CBC ou de tout autre média, et de leurs dignes journalistes. Il était clair qu’il n’y avait pas eu, comme en zéro, d’enquêtes ; les comptes rendus des médias étaient clairement basés sur une seule source officielle qui n’avait aucun rapport avec les faits sur le terrain. Pas un seul journaliste canadien à Paris, et il y en avait plusieurs, n’a pris le temps de monter à bord d’un métro de la ligne 13 en direction de Saint-Ouen – environ 20 minutes – pour poser quelques questions. De toute évidence, “La situation était claire”. Peut-être était-ce la peur.

“Tant pis pour le journalisme canadien”, me suis-je dit, pour qui le journalisme d’investigation semble avoir été un concept inconnu.

Intérêt pour le mystère de Mario Bachand

Mais quelqu’un était intéressé. De retour à Vancouver, sur un vol de Canadien Pacifique ou d’Air Canada, ma seule valise, avec mes documents de recherche, a été “perdue”, comme je l’ai découvert lorsqu’elle n’est pas apparue au carrousel des arrivées. Je me suis approché du bureau des bagages perdus et j’ai informé le commis que “ma valise n’est pas arrivée”, et j’ai montré mon billet. Sans passer un coup de fil, ce que j’ai trouvé étrange, il a accepté. “J’espère qu’elle n’est pas en route pour Singapour ou Jakarta”, ai-je demandé, rhétoriquement. “Non, l’avion est toujours là. Combien de temps ? “Jusqu’à demain”, a-t-il dit. “Combien de bagages du vol ont été perdus ? “Une seule pièce”, a-t-il dit, “la vôtre”. C’est donc le seul bagage “perdu”, d’un avion qui est toujours sur le tarmac, juste là, quand je fais un signe de la main. Il a eu un ton sympathique, ce qui a confirmé que le sac n’était pas exactement “perdu”, mais plutôt dans d’autres mains. Il m’a dit que je l’aurais bientôt. Il a été livré à mon domicile, à Vancouver West Point Grey, cet après-midi-là.

Gee whiz technology

Lors de mon prochain voyage à Ottawa, chez mes parents, j’ai appelé une amie sur son téléphone portable. Elle se trouvait à Bibliothèque et Archives Canada, l’entendre parler avec sa fille, chez eux, alors que j’avais appelé son téléphone portable depuis la maison de mes parents ?

Quelques semaines plus tard, je l’ai appelée sur son téléphone portable alors qu’elle marchait dans l’allée qui mène à sa maison, dans un quartier isolé d’Ottawa. Elle n’a pas répondu, mais j’ai entendu une partie de la conversation alors qu’elle parlait à sa fille.

Tous les téléphones, mes parents, le téléphone portable de mon amie, le téléphone de son domicile, le téléphone public de la Bibliothèque et des Archives nationales, étaient connectés d’une manière ou d’une autre.

Il était évident qu’il y avait une technologie de communication “gee whiz” au travail, un travail qui n’avait aucun but légal.

Le silence au Québec

J’en ai conclu que, compte tenu de l’attention apparente portée à mes bagages à l’aéroport de Vancouver, de la technologie “gee wiz” et des voitures garées de façon suspecte avec deux occupants immobiles qui apparaissaient parfois devant la maison de mes parents, il y avait, dans certains milieux, un intérêt pour le mystère Bachand.

Une chose est sûre, si je devais résoudre le mystère du meurtre de Mario Bachand, je ne me ferais pas d’amis. Pas les universitaires, dont les déclarations sur la sécurité et le renseignement étaient généralement dépourvues de contenu ; pas les journalistes, qui étaient bien contents de suivre une ligne de communication officielle, sans doute. Pas les Québécois, qui ne seraient pas heureux si quelqu’un de la Colombie-Britannique résolvait un des grands mystères du Québec.

Même la famille et les amis de Mario Bachand me disaient, lorsque je les approchais, “Nous ne vous aiderons pas”. Parfois, ils me disaient que j’étais “anglophone” ou “de la Colombie-Britannique”. L’avenir s’annonçait sombre. J’ai commencé à espérer que mes soupçons concernant le meurtre de Mario Bachand le 29 mars 1971 étaient erronés.

Bien sûr, dans cette atmosphère, il était évident que si je devais résoudre le mystère, les journalistes, surtout ceux du Québec, feraient leur l’histoire. Sans remerciements ni référence à la Colombie-Britannique.

Irrité par le manque d’aide de toutes parts, je me suis dit que j’en avais un peu marre : “D’accord, le meurtre de Mario Bachand appartient au Québec. Mais résoudre le meurtre, si possible, appartient à la Colombie-Britannique.

Si mes soupçons étaient erronés, et que Bachand avait été assassiné par des felquinistes déséquilibrés, je pourrais mettre fin à mes enquêtes et reprendre une vie normale : écrire, étudier à l’UBC, faire de temps en temps des balades solitaires sur ma moto BMW 75/5 dans les montagnes au nord de Vancouver ; des randonnées solitaires dans la chaîne côtière, des amis, la merveille profonde d’une forêt côtière, des promenades de cœur avec mon berger belge bien-aimé, Mishka ; de la littérature, de la philosophie, un peu de mathématiques, des textes spéciaux, ma pratique. Je pourrais vivre avec cela. Qu’est-ce que je n’aime pas ?

Il y avait beaucoup de choses que je n’aimais pas dans les longues journées et soirées à Ottawa, dans le fait de me débattre avec des textes à Bibliothèque et Archives Canada, de trouver d’anciens agents de sécurité de la GRC à interroger, et de me demander pourquoi une voiture avec deux occupants était garée devant ma porte pendant plusieurs heures. Mais ensuite…

DST, La direction de la Surveillance du territoire, et Jean Rochet

I happened to call an acquaintance, a retired officer of the DST, the Direction de la Surveillance du Territoir. At the time, I didn’t know his responsibilities, but I knew he was very high up in the DST at the time of Bachand’s assassination. One level just below the directeur, Jean Rochet.

I called him and he said, “I’m sorry I don’t know anything about Bachand’s murder.. He added, “I will call Jean Rochet and ask him for permission to consult the files. Call me back in a week”

La semaine suivante, j’ai rappelé, et il m’a dit

 Tout ce que je peux dire, c’est que la GRC sait tout sur l’assassinat de Mario Bachand.

Ce qui, étant donné que la seule façon de tout savoir sur un événement est de l’avoir fait, a confirmé mes pires craintes.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.