London Departure

Ce fut un automne exceptionnel, avec jour après jour un ciel bleu, un soleil éclatant et des températures qui réchauffaient le cœur des travailleurs de Whitehall, qui se promenaient sur les chemins de Hyde Park à midi et s’attardaient avec des sandwiches sur l’herbe. Puis, au cours de la deuxième semaine de novembre, une zone de basse pression a commencé à se former au-dessus de la mer du Nord. Au début, presque imperceptiblement, puis en tournant dans le sens des aiguilles d’une montre dans un immense tourbillon
jusqu’à ce qu’il apporte les signes avant-coureurs de l’hiver : nuages noirs, averses de pluie froide et une surface troublée jusqu’à la Tamise.

Commissariat de police d’Islington

C’était en début de soirée à Londres, le dimanche 22 novembre 1970.
Le poste de police d’Islington somnolait dans la torpeur du jour du Seigneur. La police judiciaire et les officiers supérieurs étant hors service, des stores ont été tirés au premier et au deuxième étage, et une grande partie du bâtiment, une relique victorienne, tachée de noir avec l’âge, a été désertée.
La cour arrière, et un deuxième bâtiment de la gare, occupé pendant la semaine par certains services de police, sont restés dans le silence. L’étroite allée pavée, qui permettait aux véhicules de police de circuler dans la rue située derrière, était barrée par une grille verrouillée.
Un bâtiment en brique d’un étage, le bloc cellulaire, faisait saillie dans la cour. Par les fenêtres en verre dépoli, une lumière fantomatique pénétrait dans la cour.
À la station-service adjacente, de l’autre côté d’un mur de briques de trois mètres, le gardien comptait les reçus des jours. De l’autre côté de la station, au-dessus d’un second mur de douze pieds, le panneau noir avec des lettres blanches déclarait que le service à l’église Unity était à 11 heures, le troisième dimanche de chaque mois ; les baptêmes, les mariages et les enterrements étaient “sur arrangement”.
À l’extérieur du 277 Upper Street, l’artère principale d’Islington, une lumière pâle se répandait de la baie vitrée du bureau de la gare et tombait sur le trottoir, où les rafales de vent poussaient les feuilles tombées en rampant sur le trottoir, dans l’obscurité grandissante.

C’était l’heure du thé

C’était l’heure du thé. Le sergent Lewis Moquett s’est levé de son bureau dans le bureau de la gare, a soulevé un jeu de clés en laiton du mur, et est entré dans le couloir. Le PC Robertson le suit, portant un plateau avec quatre tasses, quatre assiettes en aluminium avec le repas du soir, et une théière. Ils se sont dirigés vers l’arrière de la gare, où ils ont traversé la salle de détention déserte, et se sont arrêtés devant une lourde porte en acier. Moquett a choisi une des clés, a déverrouillé et ouvert la porte. Ils sont entrés dans le court passage qui menait au bloc cellulaire.

London Departure
Islington Police Station rear, cell block. Richard Bros in cell behind furthest window


Il y avait huit cellules, quatre de chaque côté d’un couloir étroit, chacune avec une porte en métal solide avec portillon ; un caisson pliable le long d’un mur ; au fond, une porte coulissante en acier, peinte en vert institutionnel, et un toilette ; une fenêtre à barreaux avec du verre dépoli. La première cellule sur la droite était la salle des biens, où étaient conservés les effets des prisonniers. En face de la salle des biens, hors de vue des autres cellules, se trouvait la cellule des femmes, normalement réservée aux femmes. Ce jour-là, elle était occupée par un homme, un Canadien de 25 ans du nom de Richard Bros.
Moquett a frappé sur la porte de la cellule de Bros avec une clé. Le son a résonné sur les murs en béton et a disparu dans le silence. Moquett a ouvert le portillon, a regardé à l’intérieur et a trouvé la cellule vide. Il s’est tourné vers Robertson. “Tu ferais mieux de venir avec moi”, dit-il, en déverrouillant la porte et en entrant. Il était 17h55.

London Departure
Islington Police Station

L’enlèvement de James Cross

Six semaines auparavant à Montréal, tôt le matin lumineux et ensoleillé du lundi 5 octobre. Un taxi noir a longé l’avenue des Pins, sur les pentes du mont Royal, et a tourné sur le croissant Redpath, dans un quartier résidentiel exclusif de la ville. À l’intérieur du véhicule, qui avait été volé ce matin-là, se trouvaient quatre jeunes hommes. Un jardinier s’est arrêté de ratisser les feuilles et a regardé le véhicule passer lentement, puis il est réapparu quelques instants plus tard après avoir tourné autour du croissant. Il s’est arrêté devant le numéro 1297, la luxueuse maison de pierre grise de trois étages qui était la maison de James Cross, le haut représentant commercial britannique au Canada. Trois hommes sont sortis du taxi, l’un d’eux avec un visage d’enfant de chœur, des cheveux ébouriffés, dans un trench-coat, portant un paquet cadeau enveloppé dans du tissu rouge et du ruban rouge. Ils ont regardé autour d’eux, dans toutes les directions. L’homme avec le paquet, suivi d’un deuxième homme, a monté la volée d’escaliers raides menant à la porte d’entrée, et a sonné à la porte. Quelques instants plus tard, il a de nouveau sonné. La femme de chambre répondit.
À l’étage, dans la salle de bain du troisième étage, James Cross, en short, chemise et chaussettes, s’est arrêté de se raser. Il demanda à sa femme, qui était dans la chambre voisine et lisait les journaux du matin, avec Brolly, le dalmatien de la famille, sur le lit à côté d’elle : “Qui cela peut-il bien être à une telle heure ? Probablement quelqu’un de la compagnie d’électricité, lui a-t-elle répondu.

Un cadeau d’anniversaire pour M. Cross

En bas, à l’entrée, l’homme a tendu le paquet “Un cadeau d’anniversaire pour M. Cross”. Il a insisté pour qu’elle le signe. “Je n’ai pas de stylo”, dit-elle, et se rendit à la table près de l’entrée.
“J’en ai un”, dit le deuxième homme. Il a mis la main dans une poche et en a sorti un petit pistolet noir. Il l’a pointé sur elle. L’autre homme a déchiré le paquet et a pris un fusil à crosse coupée.
“Où est M. Cross”, demanda l’homme au pistolet.
“Il est déjà parti”, dit-elle à voix haute, pour donner l’alarme.
Ils ne l’ont pas crue. L’homme au pistolet a monté les escaliers et a trouvé Cross dans la salle de bain. Il a pointé le pistolet vers lui.

Sur le sol ou tu es mort, putain

“Par terre ou tu es mort”, a-t-il dit.
De la chambre adjacente, le grognement de Brolly le Dalmatien est venu. L’homme a dit à Barbara Cross que si elle laissait le chien bouger, il lui tirerait dessus.
Cross s’est couché sur le ventre. L’homme l’a menotté. Il a fait lever Cross et l’a aidé à mettre son pantalon. Il a crié dans les escaliers “Robert”, et l’homme au visage d’enfant de chœur est apparu avec un fusil, poussant la bonne devant lui, qui portait son enfant de quatre ans dans ses bras, dans la chambre. Il trouva Barbara Cross encore au lit, où elle avait lu les journaux du matin. “Nous sommes du FLQ”, dit-il, en pointant le fusil vers elle.

Le kidnappeur anglais

Barbara Cross l’a regardé avec attention, forçant le souvenir de chaque détail. Il était légèrement bâti, avec des cheveux ébouriffés et un visage d’enfant de chœur. Elle remarqua avec surprise qu’il parlait avec un accent anglais que l’on pourrait entendre n’importe quel jour sur Oxford Street. Ils arrachèrent le téléphone du mur à côté du lit et avertirent Barbara Cross de ne pas appeler la police pendant une heure. Ils ont commencé à forcer Cross à se diriger vers les escaliers.
“Vous devez me laisser dire au revoir à mon mari”, dit-elle, s’avança et l’embrassa. (James Cross, interview du Programme d’histoire de la diplomatie britannique, Centre d’archives de Churchill, dossier DOHP 19, p.4.)
Ils conduisirent James Cross en bas, où un troisième homme était apparu. L’homme au visage d’enfant de chœur a drapé un trench-coat sur les épaules de Cross. Ils le conduisirent à la porte, en bas des escaliers, et jusqu’au taxi.
De l’autre côté de la rue, le jardinier a observé et a vu que l’un d’eux “marchait étrangement, dans une sorte d’accroupissement”.
Ils l’ont poussé à l’arrière du taxi, et l’ont forcé à s’allonger sur le sol. Ils l’ont recouvert d’une couverture sombre. Le taxi a fait demi-tour rapidement et s’est dirigé vers la ville.
La femme de ménage a appelé la police depuis le téléphone de la cuisine. Avec son accent portugais, proéminent avec le stress, le policier qui a répondu a mal compris, et a envoyé une voiture à l’ambassade de Grèce. Il fallut vingt minutes pour que l’erreur soit corrigée, et la police arriva à la maison de la Croix. Des barrages sont mis en place sur les ponts menant à l’île de Montréal ; la police est certaine que les ravisseurs sont toujours dans la ville, dans une cachette qu’elle a préparée à l’avance.

Les exigences des ravisseurs

Cet après-midi-là, un appel téléphonique anonyme a conduit la police sur un campus universitaire et à un communiqué, accompagné d’un manifeste, de la cellule de libération du Front de Libération du Québec (FLQ), le mouvement terroriste qui a agité le Canada pendant près d’une décennie. Il énumère sept demandes à satisfaire “afin de préserver la vie du représentant de l’ancien système britannique raciste et colonialiste”. Elles comprenaient la lecture du manifeste à la télévision, la libération de 23 membres du FLQ de prison, le libre passage à Cuba ou en Algérie pour eux et les ravisseurs, et la fourniture de 500 000 dollars en or. Si les demandes n’étaient pas satisfaites dans les quarante-huit heures, le communiqué avertissait que Cross serait “éliminé”.

Ils n’hésiteraient pas à l’exécuter

Le lendemain, le FLQ a remis un deuxième communiqué “aux autorités en place”. Si les autorités n’agissaient pas, déclarait-il, elles n’hésiteraient pas à exécuter Cross… (Chronologie détaillée – Canada FLQ, dossier de la GRC IA 310, p. 864).
Il était accompagné d’une lettre de Cross à son épouse :
Barbie chérie, je suis en vie et on s’occupe bien de moi. Je t’aime tellement mon chéri et j’espère te revoir bientôt. Tout mon amour à Susan aussi. Ne t’inquiète pas, je suis sûr que tout ira bien. Mon cher amour Aimez votre propre Jasper Pooh. (Dossier COSSETTE-TRUDEL, 01 009689 78).

Origine du FLQ

L’enlèvement de James Cross n’est que le dernier d’une longue série d’actes violents du FLQ qui ont commencé au printemps 1963, lorsque des inconnus ont bombardé trois établissements militaires à Montréal. Les lettres “FLQ” ont été retrouvées peintes sur un mur voisin, et parmi les débris, la police a trouvé un fragment de communiqué qui avertissait “nous allons recommencer”. Cette promesse a été tenue lors d’une série d’attentats à la bombe qui ont terrorisé la ville au cours des semaines suivantes. Un agent de sécurité a ramassé un paquet suspect derrière un bureau de recrutement, il a explosé dans ses mains et il est mort sur le trottoir dans une mare de sang. Lorsqu’un expert en démolition de l’armée a soulevé une bombe d’une boîte aux lettres, celle-ci lui a explosé au visage. Il a perdu un bras, un œil, une grande partie de la vision de son deuxième œil, et un mouvement sur un côté de son corps. Pendant des semaines, il est resté allongé dans un lit d’hôpital, oscillant entre la vie et la mort.
Trois mois après le début du mouvement, la police a réussi à le pénétrer avec un informateur et a arrêté vingt-trois jeunes, pour la plupart étudiants, poussés par les courants nationalistes qui balayent le Québec et les courants révolutionnaires qui balayent le monde.
Dans les années qui ont suivi, le FLQ est revenu par vagues successives. La police de Montréal a mis sur pied une escouade antiterroriste pour combattre ce nouveau et terrifiant phénomène. La GRC, qui s’était traditionnellement concentrée sur le Parti communiste, a mis sur pied une unité spécialisée composée d’agents de la DEC et du Service de sécurité, afin de mieux partager les renseignements. Ils ont commencé le long et laborieux travail de placement d’informateurs dans les mouvements nationalistes et radicaux actifs au Québec.
Mais tout succès dans la lutte contre le FLQ était temporaire, alimenté comme il l’était par les idéologies révolutionnaires internationales, l’anticolonialisme, l’opposition à la guerre croissante au Vietnam et l’impulsion nationaliste de la province de Québec, largement francophone. Le FLQ a été soutenu par une violence ouvrière et des troubles civils généralisés. À deux reprises dans les années 1960, le gouvernement du Québec a été contraint de demander l’intervention de l’armée canadienne pour rétablir l’ordre. À la veille des élections générales canadiennes de 1968, le Premier ministre Pierre Trudeau a fait face à une foule violente qui a tenté de le chasser d’une tribune de révision, lors d’une émeute au cours de laquelle plusieurs centaines de personnes ont été arrêtées. L’événement a été télévisé, et Trudeau a remporté l’élection à une large majorité.

Premier ministre Pierre Trudeau

Outre un esprit vif et érudit, et une haine implacable pour le FLQ, Trudeau possédait cette qualité essentielle pour combattre le terrorisme : l’instinct de combattant de rue. Les ravisseurs de James Cross ont vite appris que Trudeau n’était nullement enclin à se plier à la menace. “Vous ne pouvez pas laisser un groupe minoritaire imposer ses vues à une majorité par la violence”, déclarait Trudeau. Il a ajouté : “C’est une décision difficile lorsqu’il faut mettre la vie d’un homme dans la balance, mais notre engagement envers la société est certainement plus important que toute autre chose”. Il a catégoriquement refusé de répondre aux exigences du FLQ, et le gouvernement canadien a commencé à jouer sur le temps. Le ministère des affaires extérieures a mis en place un centre d’opérations spéciales au deuxième étage de l’édifice gothique de l’Est de la Colline du Parlement, juste en dessous des bureaux du Cabinet. Il est dirigé par Claude Roquet, assistant spécial du sous-secrétaire d’État aux affaires extérieures, Ed Ritchie.

Les “amis”, le MI5 et le MI6

Depuis plusieurs années, le Service extérieur et le Service de sécurité coopèrent pour surveiller le FLQ à l’étranger, notamment à Cuba, en Algérie, en France, en Belgique, en Suisse et en Grande-Bretagne. Pour cela, ils avaient besoin de l’aide du MI5 et du SIS. Dans le réseau de renseignement occidental, l’Europe occidentale était essentiellement un fief du SIS. Si les Canadiens devaient bénéficier de la coopération des services belges, suisses ou autres, ils devaient passer par le SIS. Pour les inquiétudes concernant le FLQ en Grande-Bretagne, ils auraient bien sûr besoin de la coopération du MI5. Le matin du 16 janvier 1970, le commissaire de la GRC, Len Higgitt, et le chef du service de sécurité de la GRC, John Starnes, récemment nommé, ont rencontré le Premier ministre Trudeau. Avec l’imprimatur du Premier ministre, ils se sont rendus à Londres, pour que Starnes soit présenté à des “amis britanniques” du MI5 et du SIS. Le dernier jour de leur visite, le haut commissaire canadien Charles Ritchie et Starnes ont rencontré le secrétaire de cabinet, Sir Burke Trend. (Ordre du jour de Charles Ritchie, RG 25, acc. 88/89-002, boîte 1).

Le problème français

Le gouvernement canadien et le service de sécurité de la GRC étaient particulièrement inquiets pour le gouvernement français de Charles De Gaulle. De Gaulle avait exprimé son soutien au séparatisme québécois dans un discours prononcé à Montréal en 1967. Ce discours a provoqué une nouvelle vague d’enthousiasme séparatiste, de troubles civils et de violence de la part du FLQ. Le Service de sécurité a même soupçonné le service de renseignement français, le SDECE, d’avoir apporté un soutien clandestin au FLQ. Les autorités suisses, belges et luxembourgeoises avaient des préoccupations similaires. Un violent mouvement séparatiste était récemment apparu en Belgique parmi les Wallons francophones. Le Luxembourg, autrefois duché de France, soupçonnait que le mouvement pan-francophone dirigé depuis le Palais de l’Elysée était la couverture d’un plan Luxembourg vers l’Hexagone. Les Suisses s’inquiétaient du mouvement séparatiste dans le Jura francophone, qui était devenu violent ces derniers temps. Le Front de libération du Jura (FLJ), responsable de plusieurs attentats à la bombe, ressemblait même de façon frappante au FLQ. Les Suisses et les Canadiens se demandaient s’il y avait un lien, et où ce lien pouvait mener.
Les Canadiens voulaient mettre un filet sur le FLQ et les séparatistes québécois qui se présentaient en Europe, notamment en Grande-Bretagne, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse ou en Grande-Bretagne. Pour cela, ils avaient besoin de l’aide du MI5 et du SIS, et de l’autorisation des plus hauts niveaux du gouvernement britannique, dont ils disposaient désormais. Au retour de Higgitt et Starnes au Canada, le commissaire de la GRC a déclaré que ce voyage avait été “très utile” (journal de STARNES, journal de HIGGITT).

Centre d’opérations spéciales

Roquet avait dirigé la collection, relevant directement du sous-secrétaire Ritchie. Il était la personne idéale pour diriger le centre d’opérations spéciales dans la lutte à venir.
Les communiqués du FLQ, les lettres de James Cross, les messages de la GRC, pratiquement toutes les communications relatives à l’enlèvement ont afflué au SOC, pour être analysées avec soin par Roquet et d’autres spécialistes, qui venaient de plusieurs départements et de la GRC, certains ayant une longue expérience du FLQ. Chaque matin, ils se réunissaient à 9 heures pour discuter des développements de la nuit et des derniers rapports, et pour réfléchir à la stratégie à adopter. Le centre se trouvait à cinq minutes à pied du bâtiment moderniste en marbre gris et noir qui abritait le haut-commissariat britannique.

Haut-commissariat britannique

Le Haut Commissaire Peter Hayman et d’autres hauts fonctionnaires britanniques assisteraient à la réunion d’information du matin, puis retourneraient à la Haute Commission pour préparer les télex cryptés de haute priorité destinés au ministère américain des Affaires étrangères et du Commonwealth (FCO), et au numéro 10 de Downing Street. Le chef de la chancellerie, Lord Dunrossil, s’est rendu à Montréal pour la durée de la crise, pour assister Barbara Cross, et pour coordonner les communications et les relations avec la police. Il a notamment évalué le degré de réussite de la collaboration entre la GRC, la police de Montréal et la Sûreté du Québec (SQ) et l’efficacité de leur collaboration dans la recherche de Barbara Cross.
La GRC, la police de Montréal et la SQ ont commencé à rechercher fébrilement les noms des suspects dans leurs dossiers.

Le gouvernement du Québec

Ce soir-là, à Québec, le cabinet provincial du premier ministre Robert Bourassa s’est réuni pendant trois heures en session d’urgence. Bourassa, un jeune économiste svelte à l’air vulnérable, accentué par un regard sur le monde à travers des lunettes à verres épais, n’était en fonction que depuis le mois de juin. Son gouvernement avait été immédiatement plongé dans un maelström de troubles civils, de violence ouvrière, de montée du sentiment séparatiste et de violence du FLQ, dont l’enlèvement de James Cross n’était que le dernier exemple, et le plus dramatique, en date. Le procureur général Jérome Choquette leur a suggéré de tenter de gagner du temps, ne serait-ce qu’une journée, pour que la situation s’éclaircisse.. (Rapport sur les événements d’octobre 1970, p. 41). À la fin de la réunion, le vice-premier ministre et ministre du Travail, Pierre Laporte, a déclaré aux journalistes “Il y a un vent de folie qui souffle sur la province. J’espère qu’il ne durera pas longtemps…”.
Lors de la conférence de presse qui a suivi, M. Choquette a déclaré aux journalistes que les gouvernements du Québec et du Canada étaient en étroite communication et prendraient des décisions conjointement… (The Montreal Star, 10.10.70, p. 1).
La question des décisions conjointes a mis en évidence un problème : dans la fédération canadienne, les provinces sont responsables de l’administration de la justice. Alors que le gouvernement canadien est responsable en dernier ressort de la sécurité du diplomate James Cross, ce sont la police de Montréal et la Sûreté du Québec (SQ), avec l’aide de la GRC, qui le trouveront et assureront son retour en toute sécurité. Pendant ce temps, à Londres, au numéro 10 de Downing Street, le FCO et le MI5 observaient avec anxiété.

Le Premier ministre Edward Heath

Ce soir-là, à Londres, le haut-commissaire canadien Charles Ritchie a téléphoné au numéro 10 et a parlé avec le Premier ministre Heath des exigences des ravisseurs. Si ces demandes n’étaient pas satisfaites dans les 48 heures, Ritchie a dit au Premier ministre que Cross serait tué.
Heath n’était pas étranger à la menace terroriste. Un mois auparavant, les guérillas du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) avaient détourné quatre avions de ligne et les avaient forcés à se rendre sur un terrain d’aviation isolé en Jordanie, prenant en otage 256 passagers et membres d’équipage. Ils ont exigé la libération de leurs guérilleros emprisonnés en Allemagne et en Suisse. Le lendemain, deux guérilleros ont tenté de détourner un avion d’El Al sur un vol en provenance d’Amsterdam. Des gardes armés ont maîtrisé les pirates de l’air, tuant l’un et blessant l’autre, une femme du nom de Leila Khaled. L’avion a atterri en toute sécurité à Heathrow, où la police a arrêté Khaled et l’a emprisonnée dans un poste de police de Londres.
Trois jours plus tard, Heath a informé son cabinet qu’il n’était pas possible de sauver les otages et que les autorités britanniques négociaient avec le FPLP. Quelques jours plus tard, Khaled a été transporté à Beyrouth à bord d’un avion Comet de la RAF. L’Allemagne et la Suisse ont libéré les guérilleros du FPLP qu’elles détenaient, ce qui a permis le retour des otages.
Le jour même de l’enlèvement de Cross, le journal égyptien Al Ahram a publié une interview de Khaled. Elle disait avoir été “très bien traitée”, et que la police lui avait dit : “nous vous avons arrêté pour vous libérer”.
Pour obtenir des conseils sur la manière de traiter avec les Canadiens, le Premier ministre Heath s’est principalement appuyé sur trois hommes.
Le premier était le secrétaire de cabinet Sir Burke Trend, dont le large front, les cheveux gris et les manières discrètes et livresques donnaient l’apparence d’un mandarin donish. L’apparence était trompeuse, car Trend était impliqué dans les affaires d’État les plus délicates et les plus secrètes, y compris celles impliquant le MI5 et le MI6.

Sir Denis Greenhill

Le second était le sous-secrétaire permanent au FCO et chef du service diplomatique, Sir Denis Greenhill. Avec sa carrure imposante, ses cheveux blancs ébouriffés et son regard fixe, il se distinguait des autres mandarins de Whitehall. Contrairement à ceux qui étaient habitués à la subtilité, Greenhill avait l’attitude directe que l’on pouvait attendre de l’ingénieur qu’il était.
Greenhill a passé la guerre dans le Corps des ingénieurs de l’armée. Au début de la guerre, il a rejoint les Royal Engineers, ce qui lui a valu des affectations en Egypte, en Afrique du Nord, en Inde, dans l’armée et en Asie du Sud-Est. Il a rencontré sa femme au Caire, alors qu’elle se trouvait à la station du MI6, ce qui suggère que Greenhill avait lui aussi des relations avec des services secrets. D’autre part, il a été mentionné dans des dépêches à trois reprises, montrant qu’il était également en première ligne. À la fin de la guerre, il a rejoint le ministère des Affaires étrangères, dans le cadre de “missions spéciales”. Son premier poste diplomatique, en Bulgarie en 1947, a été interrompu au bout de deux ans lorsqu’il a été accusé d’espionnage et jeté hors du pays. Plus tard, il a été président du Joint Intelligence Committee (JIC) Far East, puis président du JIC à Londres. Pendant un certain temps, il a supervisé le MI6 au FCO et s’est vu offrir le poste de “C”, comme on appelle traditionnellement le chef du MI6, mais il a refusé. Lorsqu’il est devenu sous-secrétaire permanent, Sir John Rennie, le spécialiste de la tromperie et de la guerre psychologique qui était à la tête du MI6, lui a fait rapport en tant que sous-secrétaire adjoint.
En tant que secrétaire permanent, Greenhill était le conseiller principal en matière de politique étrangère du secrétaire d’État aux affaires étrangères et du Commonwealth, Sir Alec Douglas-Home. Il était également administrateur de haut niveau au FCO et chef du service diplomatique, ce qui le rendait responsable du bien-être des diplomates britanniques, tels que James Cross.
Le FCO se trouve directement en face du numéro 10 de Downing Street, dans le bâtiment le plus inhabituel de Whitehall. Il a été décrit comme ayant “l’atmosphère d’un musée italien excentrique… vous marchez le long d’un hall de papier peint violet, le long de longs couloirs arqués et de sols en mosaïque effrités, vous passez devant une salle remplie d’anciens tubes pneumatiques, jusqu’à ce que vous vous retrouviez face à face avec un grand escalier en marbre, avec deux hautes statues en albâtre au fond. En haut de l’escalier se trouvent d’énormes fresques délavées… une troisième montre une jeune fille à la poitrine généreuse qui montre le mot “Silence” d’un air fleuri (Anthony Sampson, “The New Anatomy of Britain” (New York : Stein and Day, 1980), p. 294).

Le FCO avait beaucoup de raisons de se taire.

Directeur général du MI5, Sir Martin Furnival-Jones

Le troisième homme était le directeur général du MI5, Sir Martin Furnival-Jones, bien connu de Greenhill depuis leur collaboration au sein du Joint Intelligence Committee (JIC). F-J était un homme de peu de mots, dont les hobbies du jardinage et de l’observation des oiseaux l’empêchaient d’acquérir une réputation de “détermination, voire d’impitoyabilité”. (Peter Wright, “Spy Catcher : the candid autobiography of a senior intelligence officer”, Toronto : Stoddart, 1987, p. 153).
Le directeur général du MI5 relevait du ministre de l’intérieur, mais avec des qualifications importantes. Selon les termes d’une directive de 1952, “le directeur général sera personnellement responsable devant le ministre de l’intérieur. Le service de sécurité ne fait cependant pas partie du ministère de l’intérieur. Vous aurez, le cas échéant, un droit d’accès direct au Premier ministre”. Il y avait une autre qualification : “Vous et votre personnel respecterez la convention bien établie selon laquelle les ministres ne se préoccupent pas des informations détaillées qui peuvent être obtenues par le service de sécurité dans des cas particuliers, mais reçoivent uniquement les informations nécessaires pour déterminer toute question sur laquelle des conseils sont demandés. (Nigel West, The Circus, (New York : Stein and Day, 1983), ISBN 0 8128 2919 0, p. 185-186).

Le MI5 ne répond à personne

À Leconfield House, un bâtiment de sept étages en briques rouges situé sur Curzon Street, à Mayfair, qui abritait le siège du MI5, les recrues se sont entendu dire : “Le Service de sécurité ne peut pas avoir le statut normal du département de Whitehall car ses travaux impliquent très souvent de transgresser les convenances ou la loi”. (Peter Wright, “Spy Catcher : the candid autobiography of a senior intelligence officer”, Toronto : Il n’y avait qu’un seul commandement : “Tu ne te feras pas prendre”.
Le MI5 pouvait faire plus ou moins ce qu’il voulait, en suivant uniquement les orientations politiques les plus générales, sans supervision supérieure, ni même connaissance de ses opérations.
Au Canada, une ancienne colonie avec laquelle les relations étaient longtemps considérées comme intérieures, le MI5 avait la primauté sur le MI6, et entretenait des liens étroits avec le service de sécurité de la GRC. Chaque service disposait d’un agent de liaison de sécurité (ALS) accrédité auprès de l’autre.
Concrètement, toutes les mesures britanniques à prendre pour aider James Cross étaient entre les mains de Furnival-Jones et du MI5, qui ne répondaient à personne de ce que ces mesures pouvaient être.
Deux jours après que son mari ait été enlevé sous la menace d’une arme par le FLQ, Barbara Cross et la bonne ont été emmenées au quartier général de la police, où elles ont regardé sept suspects d’enlèvement à travers un miroir sans tain pendant qu’elles défilaient une par une. Ils n’ont reconnu aucun d’entre eux. Mais ils n’ont eu aucune difficulté à identifier un homme sur une photo, qui était apparu dans la salle de bain du haut ce matin-là, pistolet à la main, d’environ 1,80 m de haut, avec des cheveux noirs lisses, des joues creuses et des yeux marron foncé : Jacques Lanctôt, 25 ans… (Archives Canada, dossier de la GRC IA 310, p. 1350).
Mais où était-il ?

Six cryptanalystes canadiens, accompagnés d’agents de renseignement connaissant bien la vie au Québec et le FLQ, sont arrivés à la Direction générale de la police du Québec avec des ordinateurs et se sont constitués en équipe spéciale canadienne. Ils ont été rejoints par un cryptanalyste du GCHQ.
. PRO, dossier DO 127/137, p. 476. Grâce à leurs compétences en matière d’arcanes, ils ont examiné de près les lettres de Cross, à la recherche de motifs, d’indices ou d’allusions qui pourraient suggérer l’endroit où il était détenu. Barbara Cross, d’autres parents et des collègues ont été interrogés sur les événements passés : “Barbara et Jasper ont-ils déjà vécu longtemps dans un appartement ou une caravane ? (Si oui, où ?); vont-ils aux courses, plus précisément, sont-ils allés aux Blue Bonnets ?”
(UK, dossier PRO DO 127/137, p. 476).
Cross est diplômé en littérature et sa signature “Jasper Pooh” suggère qu’il pourrait utiliser un code basé sur Winnie l’ourson. Il passait des journées entières à lire les œuvres de A. E. Milne et à faire des analyses textuelles infructueuses.

L’équipe de recherche de la GRC

La recherche de Cross par la GRC a été menée par deux officiers de la G Operations, la section antiterroriste du Service de sécurité de la GRC à Montréal, le sergent Don McCleery et le caporal Rick Bennet. McCleery était un officier intelligent et avisé qui connaissait le côté difficile de la lutte antiterroriste, et Bennet était connu pour en être capable. Mais ils avaient un problème : étonnamment, après presque une décennie de lutte contre le FLQ, le Service n’avait pas de liste de suspects du FLQ. McCleery et Bennet en furent réduits à fouiller des entrepôts et des bâtiments abandonnés à travers Montréal, en suivant les suggestions de l’équipe spéciale, et des lettres de supposés voyants. (BAC, Daily Log, RG 146, vol. 2417, op. cit., p. 296).
Bientôt, d’autres lettres seront à prendre en considération.

La tragédie de Pierre Laporte

À 18h10, le 10 octobre au soir, le ministre québécois du Travail Pierre Laporte jouait au catch avec son neveu dans la rue devant la maison des Laporte lorsqu’une Chevrolet verte s’est arrêtée brusquement à côté de lui. Deux portes sur le côté droit se sont ouvertes et deux hommes sont sortis. L’un portait une perruque blonde et un masque de ski rouge, tandis que l’autre portait une perruque marron et un masque de ski bleu. Ils portaient des fusils, et l’homme avec le masque de ski rouge pointa son fusil sur le côté de Pierre Laporte et dit “Ce n’est pas une blague. Montez”. Laporte a fait un pas en arrière, puis est monté à l’arrière de la voiture, qui s’est ensuite éloignée à toute allure.
Le lendemain, un communiqué au nom de la cellule Chenier du FLQ a réitéré les demandes faites à Cross. Il était accompagné d’une lettre de Laporte au Premier ministre du Québec, Robert Bourassa, qui disait : “Décidez ou ma vie ou ma mort”. Elle se terminait par un post-scriptum qui avait des implications sur la vie de James Cross : “Je vous le répète, mettez fin aux recherches. Et que la police ne continue pas à votre insu. Le succès de cette recherche serait la mort pour moi.” (The Montreal Star, 12.10.70, p. 7.)
Le même jour, un autre communiqué de la Cellule de Libération avertit qu’ils ont de la dynamite, et que si la police intervient, Cross sera le premier à mourir.

L’enlèvement de Pierre Laporte, venant s’ajouter à celui de James Cross, choqua beaucoup les Canadiens, qui commencèrent à imaginer une attaque terroriste à grande échelle contre la nation. Il a également déstabilisé les plus hauts niveaux du gouvernement canadien, qui ont commencé à poser des questions sur la compétence du service de sécurité de la GRC, qui surveillait le FLQ depuis près d’une décennie. Étonnamment, le communiqué du FLQ publié par les ravisseurs de James Cross était presque identique à un projet de communiqué découvert des mois auparavant lors d’une descente de police. Mais il n’y a pas que le gouvernement canadien qui a été perturbé. Les autorités britanniques étaient furieuses d’apprendre que la GRC et la police de Montréal avaient déjoué deux enlèvements diplomatiques au début de l’année, que Jacques Lanctôt était impliqué. Inexplicablement, la police de Montréal a libéré Lanctôt sous caution, après quoi il s’est rapidement enfui dans la clandestinité. Plus troublant encore, la GRC n’avait pas été avertie par le Haut-Commissariat de la menace évidente qui pesait sur ses diplomates comme James Cross.
Au FCO, au MI5 et au numéro 10, les fonctionnaires ont commencé à s’interroger sur la capacité des Canadiens à traiter avec le FLQ.

Nous allons commencer à tuer des gens

Au fil des jours et des semaines, le MI5 a transmis un avertissement à la GRC :

Si vous ne trouvez pas bientôt James Cross, nous allons commencer à tuer des gens.

Invoquer la loi sur les mesures de guerre

Le 16 octobre, face à la perspective croissante de troubles civils au Québec et à la montée du soutien du Québec aux objectifs du FLQ, le gouvernement canadien a invoqué la Loi sur les mesures de guerre. Cette loi établit un état d’exception dans lequel la police peut procéder à des arrestations sans mandat ; l’habeas corpus est suspendu. Les arrestations de suspects du FLQ, ainsi que de centaines de personnes qui n’avaient aucun lien avec le terrorisme du FLQ ou qui n’avaient aucune sympathie pour lui, mais qui étaient simplement associées à des mouvements populaires jugés subversifs, ont été ramassées à leur domicile et mises en détention pour être interrogées.

Le corps de Pierre Laporte

Le lendemain, peu après minuit, un appel téléphonique anonyme a conduit la police à une Chevrolet verte, abandonnée devant la grille d’une base militaire sur l’île de Montréal. Sous la froide lumière bleue d’une lampe à arc, le coffre a été forcé à s’ouvrir. À l’intérieur se trouvait le corps de Pierre Laporte, les poignets bandés de haillons ensanglantés, et la marque d’une ligature autour de son cou. L’autopsie a révélé qu’il avait été étranglé avec son pull, et la chaîne avec la médaille de Saint-Christophe qui pendait autour de son cou.

La recherche de James Cross est devenue désespérée.

All very fine

Entre-temps, les autorités britanniques ont commencé à se demander si la GRC et les autres services canadiens savaient vraiment ce qu’ils faisaient dans la recherche de Cross, comme le montre la lettre interne suivante du Foreign and Colonial Office :

Lettre de CD WIGGIN, Chef du Département américain, FCO, à M. SIMONS, Département du Sous-secrétaire permanent [i].

“4 Tout cela est très bien, mais cela ne nous aide pas à répondre aux questions. Nous avons un agent de liaison de sécurité accrédité à Ottawa qui s’y rend régulièrement. La Maison du Canada a un agent de la GRC accrédité à plein temps. Nous avons une liaison étroite avec les services de renseignements canadiens en général. Pourtant, pour autant que je sache, nous n’avons jamais été informés de l’existence d’une menace spécifique ou de rumeurs de menace pour les étrangers.

5. Nous n’avons pas non plus eu de véritables informations dans ce ministère sur ce que la GRC et la police canadienne en général ont fait. Je ne peux m’empêcher de me demander si les autorités policières et de sécurité canadiennes sont effectivement au top de leur travail.

6. Quoi qu’il en soit, j’espère que le chef du service de sécurité sera mis au courant pour essayer d’obtenir des munitions sur tout cela, que nous pourrons utiliser plus tard si nécessaire.

[i].    Dossier PRO FCO 7/1767, folio 410.

Mais trouver James Cross n’a pas été le seul problème. Les autorités canadiennes et britanniques craignaient que la cellule de libération ne tue Cross lorsqu’elles apprendraient qu’il avait été localisé, ou lorsque la police interviendrait. Le retrouver n’était qu’une question de temps.
Le malaise s’est accentué lorsque le magazine français L’Express a publié une interview d’un membre du FLQ en exil en France, Mario Bachand, sur le sort de Cross. “Il sera libéré vivant sans condition, quand nous aurons choisi”, a déclaré M. Bachand, “quand la police aura bien perdu la face. Du moins, tant que la police ne le trouve pas par hasard. Dans ce cas, il mourra”( L’Express, 20 novembre 1970)

Pour James Cross, dans une pièce sombre d’un appartement quelque part à Montréal, les nuits étaient les plus longues. Des nuits à regarder dans l’obscurité, la peur se rassemblait autour de lui comme un manteau. Il se souvenait de son enfance, en Irlande, et de la marche de trois quarts de mile pour aller à l’école. Lorsqu’il a commencé l’exercice, ses souvenirs étaient vagues et imprécis : la vague de sa mère sur le pas de la porte, l’étroite route de campagne, les champs vert émeraude avec l’odeur de la terre et du foin fraîchement coupé, puis l’école en briques rouges et les cris des enfants. Aujourd’hui, près d’un mois après qu’ils l’aient emmené, il peut voir dans son esprit chaque brin d’herbe sur le chemin. Cela l’aidait à ne pas penser à l’anneau de métal dans le sol, aux menottes, au rouleau de ruban adhésif et à l’homme dans le coin avec le pistolet, le Beretta noir de calibre 7,65 que l’homme lui avait montré ce matin-là, alors qu’il se tenait en chemise et en sous-vêtements dans sa salle de bains, et qu’il criait “Mets-toi par terre ou tu es mort”.
Sous le soleil éclatant de ce matin-là, il y a une éternité, alors qu’ils l’emmenaient à la porte, il a vu un jardinier en face s’arrêter de ratisser les feuilles et le regarder. Ils l’ont conduit à un taxi noir qui l’attendait dans l’allée avec le moteur en marche, un quatrième homme au volant. Ils l’ont poussé au sol et l’ont recouvert d’une couverture ; la voiture a fait un demi-tour serré et est partie. Cinq minutes plus tard – il a fait le compte du mieux qu’il a pu et a essayé de mémoriser les virages – ils sont entrés dans ce qui semblait être un garage. Ils lui ont dit de garder les yeux fermés, lui ont mis un masque à gaz avec des oculaires peints sur la tête et l’ont poussé sur le plancher d’une deuxième voiture. Vingt minutes plus tard, ils sont entrés dans un second garage. Ils l’ont conduit en haut d’une volée de marches jusqu’à une pièce. Le masque a été enlevé et remplacé par une cagoule, avec des fentes au niveau de la bouche et des yeux. Ils lui ont mis les menottes à l’avant et l’ont fait s’allonger sur un matelas. Plus tard dans la matinée, ils lui ont lu le manifeste, avec sept demandes à satisfaire : “Afin de préserver la vie du représentant de l’ancien système britannique raciste et colonialiste”.

Je dois me composer pour la mort

Dans quarante-huit heures, si les sept demandes n’étaient pas satisfaites, ils le tueraient. Dans ce cas, je dois me composer pour la mort”, se dit-il. (James Cross, interview du Programme d’histoire de la diplomatie britannique, Centre d’archives de Churchill, dossier DOHP 19, p.4.)
“Vous n’avez aucune chance, aucune chance du tout”, leur a-t-il dit.
Pendant trois jours, il s’est allongé, cagoulé et menotté, sur le matelas. De temps en temps, ils lui lisaient des extraits du manifeste et du premier communiqué. Le deuxième jour, ils lui ont permis de lever un peu le masque pour regarder la télévision qui se trouvait dans un coin de la pièce. Ils ont commencé à lui donner les pilules contre l’hypertension, qu’ils avaient obtenues d’une manière ou d’une autre. Au bout de cinq jours, ils lui ont permis de s’asseoir dans un fauteuil l’après-midi et de regarder la télévision. Ils ont ajusté sa capuche, qui avait des rabats qui limitaient sa vision à un arc de 30 degrés, de sorte qu’il ne pouvait pas les voir derrière lui. Il y avait toujours un homme ou une femme avec un pistolet ; parfois, il y avait aussi un deuxième homme ou une deuxième femme avec un fusil à crosse coupée.
Pour passer le temps, ils jouaient avec leurs armes, en retirant le chargeur, en tirant sur la culasse, en la laissant claquer dans la chambre. Il craignait surtout “Denise” et “Joséphine”, les deux femmes, car il était sûr qu’elles n’étaient pas habituées aux armes à feu et qu’elles pouvaient lui tirer dessus par accident.
Les premiers jours, il leur avait parlé de leurs idées politiques, et il fut surpris de constater qu’elles connaissaient très peu la littérature révolutionnaire. Ils n’avaient même pas entendu parler d’Herbert Marcuse, l’éminence de la Nouvelle Gauche. Il semble qu’ils aient été surtout influencés par “Les Misérables de la Terre” de Franz Fanon et par “Les Nègres Blancs d’Amérique” de Pierre Vallières.
Il se réveille vers 11 heures du matin. Ils l’ont emmené dans la salle de bain adjacente pour qu’il se lave et se brosse les dents. Tous les trois ou quatre jours, ils lui permettaient de se raser et de se doucher. Pour cela, ils lui enlevaient sa capuche, tout en lui mettant des masques pour qu’il ne puisse pas voir leur visage. Le petit-déjeuner était composé de toasts au fromage ou au beurre de cacahuètes et de café, pris assis à la petite table en bois dans le coin de la pièce. Pendant la journée, il écoutait la radio, regardait la télévision, lisait les journaux ou jouait à d’interminables jeux de patience. Il n’avait aucune idée de l’endroit où il se trouvait, si ce n’est qu’il savait qu’il était quelque part à Montréal et, comme il n’y avait pas de bruit de circulation intense, dans un quartier résidentiel. À l’occasion, il entendait l’aboiement d’un chien. Il entendait souvent des bruits de pas venant de l’appartement du dessus, alors que quelqu’un faisait des allées et venues dans ce qui semblait être une cuisine. Sinon, à l’exception des journaux qu’ils se précipitaient chaque jour pour acheter et qu’ils lui laissaient lire, et des bulletins d’information de la radio et de la télévision, le monde extérieur aurait peut-être cessé d’exister.
Ils ne l’ont jamais menacé, ni maltraité, du moins pas physiquement. La seule à lui causer des difficultés était Joséphine, qui parfois ne lui permettait pas de se raser, et parfois prenait un plaisir pervers à l’arrêter lorsqu’il avait à moitié fini. La seule tension sérieuse est apparue après qu’il ait utilisé le terme “prisonnier” dans une lettre, une faute d’orthographe inspirée par les Français mais qui a fait que les journaux ont rapporté qu’il pourrait essayer de communiquer sa position par code. Pendant trois jours, les ravisseurs, en particulier Joséphine, se sont montrés hostiles. La tension s’est atténuée lorsqu’il a fait remarquer qu’il n’avait aucune idée de l’endroit où il se trouvait et qu’ils lui dictaient les lettres.
Ils lui ont dit qu’ils ne le tueraient pas, mais il savait bien qu’ils le feraient, dans un obscur but révolutionnaire. Il n’y avait aucun moyen de s’échapper, il le savait. Il n’était jamais laissé sans surveillance, il ne savait pas combien il y en avait, et il ne connaissait pas la disposition de l’appartement. Il élabora une stratégie pour survivre, basée sur ses points forts : la réserve britannique, une discipline personnelle extraordinaire et la capacité, acquise au cours de deux décennies de service diplomatique, de cacher ses véritables sentiments. Il ferait ce qu’ils voulaient et obéirait à leurs ordres à la lettre. Il ne demandait rien, même si c’était insignifiant, s’il pensait que cela pouvait être refusé. C’était une stratégie à deux visages. Avec le visage visible, il serait agréable. Avec la face cachée, il aurait été heureux de les tuer tous.
Le cinquième jour, ils ont appris par la radio que Pierre Laporte avait été enlevé. “Laporte est pris ! Laporte est pris !”, criaient-ils, en sautant en l’air . James Cross, interview du Programme d’histoire de la diplomatie britannique, Centre d’archives de Churchill, dossier DOHP 19, p.7. Six jours plus tard, dans la soirée, ils regardent à la télévision un Premier ministre Trudeau au calme glacial : “Je veux vous assurer que les autorités ont la situation en main et… si, par malheur, quelque chose arrivait aux otages, le gouvernement pourchasserait les coupables sans relâche. Céder aux menaces de ces ravisseurs, qui exigent la libération des prisonniers, provoquerait une augmentation de l’activité terroriste au Québec. De plus, cela encouragerait le terrorisme à travers le pays.. Le Monde, 19.10.70, p. 26.”
Joséphine, entendue par hasard, a dit simplement : “Laporte est mort”.

Message du Premier ministre Trudeau au Premier ministre Heath

Cinq jours plus tard, Trudeau a envoyé un message à Heath exposant clairement le problème :

Mon cher Premier ministre,

Mes collègues et moi-même, ainsi que le gouvernement du Québec, faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour assurer la libération de M. Cross et de M. Laporte en toute sécurité. En même temps, nous devons empêcher que les fondements du gouvernement et du droit dans ce pays ne soient sapés.

Tard le lendemain soir, ils regardaient la télévision lorsqu’ils ont appris qu’une voiture abandonnée avait été trouvée près de l’aéroport militaire de Saint-Hubert. Les caméras de télévision sont apparues, puis est arrivé le terrible reportage d’un corps dans le coffre. Il lui semblait qu’ils n’étaient ni surpris, ni choqués du tout. Comme s’ils savaient. Peu de temps après, on annonce que son propre corps a été retrouvé, en dehors de Montréal. Il voulait secouer la télévision et crier “Je ne suis pas mort ! Je ne suis pas mort ! Il avait désespérément peur que sa femme entende l’histoire. Pour la première fois en dix-sept ans, il a fumé une cigarette. Il n’a pas pu dormir cette nuit-là jusqu’à ce que, à 4 heures du matin, on lui donne un somnifère. Le lendemain matin, ils l’ont laissé écrire à sa femme pour lui assurer qu’il était toujours en vie. Ils lui ont également fait écrire un communiqué avec le message suivant : “Le seul danger pour ma vie est que la police découvre où je suis et veuille intervenir. Le FLQ n’abandonnera pas et je serai le premier à mourir”. (BAC, RG 146, vol. 2417, portefeuille, p.447.
Il a dit au ravisseur qui dictait le message que cela devait être terrible pour sa femme d’avoir appris la mort de Pierre Laporte. “Comment pensez-vous que je me sente ? J’ai eu mal à l’estomac quand j’ai appris la mort de Laporte”, a répondu l’homme, identifié plus tard comme Jacques Lanctôt).
Il a perdu tout intérêt pour eux et leurs idées, qu’il méprisait totalement. Il voulait simplement vivre.
Pendant ce temps, à Londres, le haut-commissaire du Canada en Grande-Bretagne, Charles Ritchie, était occupé au téléphone, parlant avec le sous-secrétaire d’État Ed Ritchie à Ottawa, et Denis Greenhill. Un jour, il ajouta une note à son journal : “Je suppose que Jasper Cross est mort maintenant.” (Charles Ritchie, “Storm Signals” (Toronto : Macmillan, 1983), p. 145).

Périls pour Richard Bros

Entre-temps, ces événements ont fait courir des risques à un deuxième homme, Richard Bros, et pour un peu plus qu’un accident de l’histoire : lui et Jacques Lanctôt étaient amis. À Montréal, en 1963, alors que les membres de la première vague du FLQ sont devant les tribunaux, Bros, Lanctôt et un troisième jeune, des amis d’école, forment le grand nom de la Résistance du Québec. Ils tentent de mettre le feu à un manège militaire, mettent le feu à un hangar des Chemins de fer nationaux du Canada, renversent une statue de la reine Victoria et font exploser un pont ferroviaire qui, heureusement, n’explose pas. Ils sont rapidement arrêtés. Lanctôt, dix-sept ans, a évité la prison. Frère, dix-huit ans, et né en France, ce qui le rend particulièrement suspect, est déclaré chef de file. Il a été condamné à un an de prison.
En 1966, Richard Bros quitte Montréal pour Londres, haut lieu mondial de la culture des jeunes. Il entretient des contacts avec certains amis au Canada. Sa mère, dont il était particulièrement proche, est morte alors qu’il était en visite à Paris. Il retourne à Sommières pour une visite chez sa tante et son oncle, les Serrano. Il rencontre Françoise Peeters, originaire de Sommières, qui vient de Londres où elle travaille comme fille au pair. Ils retournent à Londres et se marient l’année suivante. Ils se séparent en 1969. Au printemps 1970, Bros s’installe dans un appartement en sous-sol au 34 Theberton, Islington. Le matin du 5 octobre, après les événements qui se sont déroulés de l’autre côté de l’Atlantique, il est entré dans un monde de forces terrifiantes qui échappent à son contrôle.

La mort de Richard Bros

Mockett s’est dirigé vers les toilettes, de l’autre côté de la cellule, et a trouvé Bros pendu par le cou à un morceau de tissu rose, attaché au rail de la porte coulissante entre les toilettes et la cellule. Ses orteils étaient juste au-dessus du sol, ses genoux étaient légèrement fléchis. La langue de Bros était pendante, ses yeux étaient bombés et sans vie. Robertson a sorti un couteau pliant de sa poche et l’a remis à Mockett, qui s’est empressé de couper le tissu du cou de Bros. Ils l’allongèrent sur le sol, et Mockett demanda à Robertson de téléphoner au médecin de la police de la Division N, le Dr Arnold Mendoza. Arnold Mendoza est arrivé vingt minutes plus tard et a examiné Bros, toujours étendu sur le sol de la cellule. Il l’a déclaré mort. Il était 18h40.

Aucune raison de croire

Le lendemain, le 23 novembre, le Times et plusieurs autres journaux britanniques et canadiens ont annoncé la mort de Richard Bros en première page. La raison pour laquelle ce décès a été mis en avant n’a pas été clairement expliquée. Les articles étaient étonnamment similaires et n’étaient pas signés.
Le Times a déclaré que Bros avait été arrêté “le week-end dernier pour agression” et qu’il avait été retrouvé pendu par sa chemise aux barreaux de la cellule, “quelques minutes avant qu’il ne soit interrogé par le service spécial”. Il a affirmé que la Special Branch s’était intéressée à Bros après qu’une coupure de journal liée au FLQ ait été trouvée dans sa poche après son arrestation, et qu’elle voulait l’interroger sur l’enlèvement de Cross, dans l’espoir de trouver une piste quant à l’endroit où il était détenu. Le lendemain, Scotland Yard a publié une déclaration niant que la Special Branch s’était intéressée à Richard Bros : “Les faits réels sont qu’aucune disposition n’avait été prise pour qu’un officier de la Special Branch puisse voir M. Bross (sic) à peu près au moment où il a été retrouvé mort dans sa cellule ou à tout autre moment et aucune enquête n’avait été faite à Paris ou à Québec. Aucun membre de la police métropolitaine, ou de sa section spéciale en particulier, n’a ou n’a eu de raison de croire que M. Bross était de quelque manière que ce soit lié à l’enlèvement de M. James Cross ou qu’il aurait pu savoir où se trouvait M. Cross à l’heure actuelle”.
Le Times a répondu : “Les informations sur lesquelles le rapport original du Times était basé provenaient d’une source policière fiable et ont été données lors de l’audition d’un témoin indépendant.

James Cross est retrouvé

Le 25 novembre, selon des déclarations ultérieures de la GRC, la police a localisé James Cross dans un modeste appartement du rez-de-chaussée dans le nord de Montréal. Aux petites heures du matin du 3 décembre, la police et les soldats ont évacué le quartier et ont encerclé l’immeuble. À 2 h 30 du matin, ils ont coupé l’électricité, laissant Jacques Lanctôt et les autres membres de la Cellule de libération dire qu’ils avaient été retrouvés. Les négociations entre le FLQ et les autorités canadiennes ont abouti à la libération de Cross. Ce soir-là, suivant un plan élaboré des semaines auparavant, les ravisseurs de Cross seraient autorisés à s’exiler en échange du retour de leur otage sain et sauf. Six membres de la Cellule de libération, ainsi que la femme et l’enfant de Lanctôt, ont été emmenés à Cuba dans un avion militaire canadien.
James Cross a téléphoné à sa femme et à sa fille à l’ambassade britannique de Berne, en Suisse, où elles séjournaient depuis plusieurs semaines chez des amis. Il a ensuite pris les appels du Premier ministre Trudeau et du Premier ministre Heath. Un examen médical dans un hôpital de Montréal le trouva en parfaite santé, pesant 22 livres de moins qu’au début de son épreuve. Il a fait une déclaration à la police. Le 4 décembre, accompagné de fonctionnaires britanniques et canadiens, il s’est envolé pour l’aéroport de Londres Heathrow, et est rentré chez lui.

Richard Bros 1945-1970

Ce jour-là, un troisième voyage avait commencé à 15h30, l’après-midi du 2 décembre, lorsque le vol 1391 d’Air France est sorti de la piste de l’aéroport d’Heathrow et s’est dirigé vers Paris, dans le ciel bleu et froid, en passant au-dessus de la Manche. Dans la soute se trouvait un cercueil en aluminium gris, pesant 106 kilogrammes, accompagné d’une lettre du coroner et d’un certificat consulaire, nécessaires à l’évacuation des restes humains de Grande-Bretagne, en l’occurrence ceux de Richard Pierre Antoine Bros. Le lendemain matin, après une nuit passée à la morgue d’Orly, le cercueil fut chargé sur le vol 1241 d’Air France à destination de l’aéroport de Mariagne, près de Marseille. Le 4 décembre, jour où, dans l’une de ces mystérieuses et sombres synchronicités qui régissent parfois les événements, la croix de James Cross se trouve en hauteur de l’autre côté de l’Atlantique, le cercueil de Richard Bros poursuit son chemin à l’arrière d’un corbillard, serpentant à travers la campagne du Midi français, jusqu’à Sommières, son village natal, le cimetière catholique et le terrain de la Famille Serrano, la famille de sa mère, avec le panneau en marbre blanc : Notre Petit Fils, Neveu Regrette, Richard Bros 1945-1970.
Richard Bros, en quelque sorte, était lui aussi rentré chez lui.

L’enquête sur la mort de Richard Bros

L’enquête sur la mort de Richard Bros, qui s’était brièvement ouverte le 24 novembre puis avait été immédiatement ajournée, a repris le 22 décembre à la cour du coroner de St Pancras, dans le nord de Londres, à côté du cimetière de St Pancras, datant du 14ème siècle. Le coroner de Sa Majesté, le Dr. Douglas R. Chambers, présidait. La veuve de Richard Bros, Françoise Peeters, a témoigné qu’elle l’avait vu une semaine avant sa mort et qu’il semblait aller parfaitement bien. Elle et l’oncle de Richard Bros, Pierre Serrano, avaient identifié le corps. L’inspecteur Ian Delany a témoigné qu’il avait arrêté Bros pour agression, sur la base d’un mandat délivré par le tribunal de première instance de Old Street. Il n’a donné aucun détail sur l’agression présumée. Le Dr. F. E. Camps, fondateur de la pathologie médico-légale britannique moderne, expert en asphyxie qui avait édité le texte standard sur la pathologie et un livre sur la détection des meurtres, a fait un rapport sur son examen post-mortem. Le frère est “mort assez vite”, a-t-il dit, “et il s’est avéré, comme décrit, qu’il n’était pas possible de le sauver”. Les camps n’ont fait aucune mention de la petite contusion qu’il avait trouvée sur le tibia droit de Richard Bros.

Il avait besoin de quelque chose comme ça

Le sergent Denis Prendergast a témoigné que Bros s’est plaint de ne pas se sentir bien l’après-midi de son arrestation, à peu près au moment où Prendergast l’a inculpé. Prendergast a dit qu’il avait ensuite appelé le chirurgien de la police, le Dr. Mendoza, qui est arrivé à 16h45.
Mendoza a déclaré qu’il avait examiné Bros et que Bros ne s’était pas plaint de maladie. “Il semblait légèrement agité mais aucun signe de dépression”, a déclaré Mendoza au tribunal. Mendoza lui a prescrit “un léger sédatif”. “Je l’ai jugé apte à être détenu”, a-t-il ajouté, “mais ayant besoin de quelque chose comme ça”.
Après une brève délibération, le jury est revenu avec un verdict ouvert. En tout, l’enquête sur la mort de Richard Bros avait duré dix-neuf minutes.
Richard Bros se trouvait alors dans sa tombe à Sommières. Plusieurs questions troublantes l’accompagnent, notamment : Quel lien y a-t-il entre sa mort à Londres et certains événements survenus dans la lointaine ville de Montréal ?
C’est l’histoire de Richard Bros, et de James Cross, les trajectoires de deux vies, et de la façon dont elles se sont croisées, fatalement, ce jour-là à Londres.

Reference List

1.  Camps, Dr. Francis E., Professor in Forensic Medicine1970 Nov 23.
2.  Chambers, Dr. Douglas Robert, Coroner1970 Dec 22.
3.  Cross, James R. London Departure. 
  1. Mockett, Sergeant Louis Edward, Islington Police Station, Station Officer. death of Richard Bros. Michael McLoughlin, interview 2002 Oct 21.
  2. Prendergast, Sgt. Denis SPS 7 ‘N’, Duty Officer, Late Turn 21 November 1970; charged Bros1970 Dec 10.

Islington police station, 277 Upper Street, the North borough of Islington, the 22nd of November,1970. Farquar, who had left for tea at Olive House Station, as Station Officer.
At 5h55, Sgt. Moquet replaced Sgt. Farquar, who left for Olive House Station to take tea at the canteen there, as Station Officer.

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.